cropped-expo-30-ans-005.jpg

Aurélia Busquet, Praticienne Feldenkrais.

« J’ai découvert la méthode Feldenkrais après mes études de kiné, alors que je venais de me blesser sévèrement au dos en travaillant…S’en suivit une période d’intense recherches et questionnements : pourquoi me suis-je fais mal alors que je connaissais les principes d’économie des gestes? Qu’est ce qui ne va pas dans ma pratique? Est ce que j’aime vraiment ce que je fais?

Cette méthode inédite m’a ramenée à moi-même, à ce que je sentais…m’a appris à trouver mes propres réponses.

Je me suis d’abord sentie profondément écoutée et accueillie comme personne : tout dans l’attitude du praticien me le disait. Ensuite accompagnée pour ré apprivoiser ce corps en souffrance, rechercher le confort, le soutien et enfin retrouver le mouvement dans chaque partie de moi-même qui était figée. Et c’est avec émerveillement et patience que j’ai regagné progressivement toute ma mobilité et plus encore…

J’étais en train de redécouvrir la joie de la prime enfance, celle de sentir de la liberté à me mouvoir dans toutes les directions !

La méthode Feldenkrais offre un processus ! Chacun y apprend comment actualiser son potentiel… ou comment retrouver la fraicheur des bébés ! En effet Moshe Feldenkrais s’est inspiré du mode d’apprentissage des bébés qui se développe en explorant : se musclent, s’assouplissent et créent des connections en bougeant.

Une séance  collective de « prise de conscience par le mouvement » est une occasion de créer les conditions pour se remettre à apprendre vraiment, de façon organique.

Évidemment l’essentiel est la pratique alors venez vous mettre au tapis, vous comprendrez.

 Vous pouvez toujours en cours d’année intégrer un cours ou demander une séance individuelle.

Je reste à votre disposition ».

Aurélia Busquet

 

 

« Dans une société qui n’est pas loin d’exiger que nous vivions en mode accéléré, la vitesse et les autres dépendances nous engourdissent au point de nous rendre insensibles à notre propre ressenti.

Dans de telles conditions, il nous est pratiquement impossible d’habiter notre corps ou de demeurer relié à notre cœur, à plus forte raison de nous relier à autrui et à la terre »

Jack Kornfield

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s